Harcèlement sexuel : quand la proie parle

Chaque nouveau scandale d’agression ou de harcèlement sexuel le démontre : il est très difficile pour les victimes de parler.

L’effort est d’autant plus important pour celle(s) qui sortent du bois et qui parlent la(les) première(s).

De victime à suspecte

A chaque fois ces interventions provoquent une vague d’incompréhension, d’incrédulité, quand ce n’est pas d’agressivité franche. Ces femmes, pourquoi n’ont-elles pas parlé plus tôt ? Que cherchent-elles en parlant maintenant ? N’ont-elles pas mal interprété de simples blagues un peu cochonnes qui font le sel de certaines relations ? N’étaient-elles pas finalement un peu d’accord, un peu flattées même, que tel ou tel homme de pouvoir jette sur elles, pauvres filles, son dévolu ? Il n’y a pas d’autre agression que les agressions sexuelles qui transforment ainsi, à la vitesse de la lumière, toute victime en suspecte.

Etre ramenée au statut de proie

Les personnes sujettes de violences sexuelles le savent bien. Etre taxée de manipulatrice, d’affabulatrice, de mijaurée, ou même simplement -un comble- de « victime », ce n’est pas un statut qui fait rêver. Surtout pour des femmes qui se battent depuis des années pour que leurs mérites professionnels soient reconnus. Etre ainsi ramenée à un statut de proie, c’est plutôt quelque chose que l’on préférerait oublier.

Quand réussite et résistance se retournent contre les femmes

Car au delà de la peur – effective bien souvent – de perdre son poste, son mandat, ou sa promotion, c’est bien la peur du statut que de telles accusations confèrent aux dénonciatrices qui est le principal frein à la prise de parole. La réussite des femmes se retourne alors contre elles : il ne faut surtout pas montrer ce qui pourrait s’apparenter à une faiblesse, là où le seul faible, le minable n’est en réalité que leur agresseur.

Leur capacité de résistance est aussi ce qui les condamne : elles n’ont pas parlé plus tôt. Mais quand ? où ? leur parole aurait-elle été crue dès le premier événement ? que vaut une telle parole quand elle est portée seule ? Car c’est aussi la mécanique bien huilée de l’agresseur, du harceleur : minimiser « l’incident » aux yeux de la victime, lui faire croire qu’elle est seule et qu’elle ne sera donc pas crue.

Tout le monde sait, tout le monde savait

C’est aussi, et c’est bien plus insidieux, l’amener à penser que tout le monde est au courant et que donc, si ces agissements perdurent, c’est qu’ils sont tolérés, y compris en haut lieu. C’est alors l’ensemble du groupe et de la hiérarchie que cette victime devra affronter. Ce groupe, parfois, a d’ailleurs « compris » ce qui se passe sans pouvoir réagir faute d’ « étincelle », ce qui donnera de l’eau au moulin au fameux « tout le monde savait ».

Les dénonciations en chaine

Il ne faut pas s’étonner alors que ces femmes, quand elles le peuvent, quand on leur en donne l’occasion, se regroupent et portent une parole collective. Il ne faut pas non plus s’étonner de dénonciations « en chaîne », chaque scandale (re)donnant un peu plus de lucidité et/ou de force aux femmes silencieuses par rapport à ce qu’elles ont vécu.

En cela, la dénonciation de chaque situation de harcèlement, dans le respect de la présomption d’innocence mais sans mettre en doute la parole des victimes, fait avancer les droits. Messieurs les harceleurs -et mesdames, si moins nombreuses- sachez-le : un jour, vous ne peloterez plus tranquilles.

2 commentaires

  1. féministes à la con…dans toute l’histoire on ne trouve pas un seul trait de génie du côté des femmes…dans tous les domaines nous avons régné en maître.Dans l’art comme dans les sciences(citez moi une femme qui a marqué la musique?…dans la peinture?citez moi une femme dans les sciences ou dans la littérature?vous ne trouverez que des génies masculins..vous êtes faites pour l »enfantement et nous pour diriger le monde et faire la guerre…et faire la cour!Mais ça sera bientôt puni par la loi!
    Vous voulez nous castrer et nous mettre en jupe ou faire de nous tous des homos ou des « bi » qui ne seraient plus un « danger » potentiel pour vous.
    Pff..tout est inversé dans ce fichu monde capitaliste qui d’ailleurs vous utilise vous les femmes
    Vous n’êtes plus au foyer pour élever vos enfants et c’est une catastrophe.
    Plus le féminisme croît et plus la violence règne.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s