Touchers vaginaux sous anesthésie générale – Une mobilisation [MAJ oct 2015]

Suite à la révélation de pratiques consistant à ce que les étudiants en médecine s’exercent aux touchers vaginaux sur des patientes endormies au bloc opératoire, de nombreuses réactions apparaissent sur les réseaux.

En 2014, je réagissais sur twitter dans une discussion sur le post de « Sous la blouse » (de 2011) Tu ne sauras jamais faire un toucher vaginal. Oui, c’est pénalement constitutif d’un viol, et non, le code pénal n’impose pas de « contexte sexuel », (ni d’envie, ni de plaisir de la part de celui qui pénètre celui qui n’a pas, ou n’est pas capable de donné/er son accord).

Début 2015, Karim cherche sur twitter, et trouve ce tweet. Il m’interpelle alors en me montrant le livret de stage de la faculté de médecine de Lyon Sud.

C’était le début d’une incroyable mobilisation, avec des réactions assez… dingues. Il fallait les conserver, j’ai décidé de récolter les plus significatives/drôles/démentes dans un storify : Touchers vaginaux sous anesthésie : naissance d’une mobilisation

Nous avons décidé, en voyant toutes ces réactions, de rédiger une tribune signée par une soixantaine de professionnels et une pétition, demandant notamment le lancement d’une mission d’inspection.

Encore des réactions… D’où l’épisode 2 !

Karim rassemble les éléments de preuve, en France et à l’étranger.

Un sujet qui parle donc à beaucoup de femmes (et de médecins). Des témoignages se multiplient, on se rappelle aussi d’autres écrits comme ce post du Dr Baptiste Beaulieu « Le stakhanoviste du toucher vaginal »

Fin octobre, la mobilisation paye ! Après de nombreux débats et articles de presse (les derniers étant l’émission Sur Les Docks de France Culture, l’émission de la BBC, l’article sur les touchers vaginaux dans des établissements privés) la Ministre a sollicité une enquête de la Conférence des Doyens de Médecine, enquête qui révèle l’ampleur du problème.

A l’appui de cette enquête, la Ministre s’exprime très clairement et fermement et annonce des mesures conformes à nos attentes !

La mobilisation paye. Mais il faut continuer, car la balle est dans le camp des professionnels. Le Prof Bernard Hédon, Président du Collège National de Gynécologie Obstétrique, annonce que le sujet de la maltraitance, bien que « minoritaire », sera abordé lors du prochain congrès des gynécologues.

Bon, je vous laisse aller fouiller dans l’ordre du jour. A l’heure où j’écris ces lignes, il n’y a… toujours rien.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s